Rechercher
  • alexiscozon

Les étapes d'une levée de fonds

La levée de fonds est une étape cruciale dans la vie d’une entreprise et doit se préparer avec minutie.

Il faut se montrer endurant car la durée du processus de levée de fonds est assez longue et peut s’échelonner entre 9 mois et un an en moyenne.

La levée de fonds contient plusieurs temps forts que nous pouvons résumer en 8 étapes clés détaillées ci-dessous :

1. Préparer sa documentation

L’entreprise qui souhaite lever des fonds doit préparer en amont une documentation pour pouvoir présenter son entreprise et son projet aux futurs investisseurs potentiels.

Cette documentation se compose :

- d’un business plan. Il s’agit d’un document sous format word ou équivalent détaillant le projet. Il doit être explicite (~20 pages). Il doit intégrer des annexes financières incluant notamment un résultat prévisionnel sur 3 ou 5 ans, un prévisionnel de trésorerie, la mise ne évidence d’un besoin de financement. Vous pouvez consulter l’article à venir sur le Business plan pour plus d’information.

- d’un pitch deck. Il s’agit d’une présentation très synthétique sous formes de diapositives. Elle doit être visuelle et reprendre les éléments clés du BP. Elle sert de support de communication pour les présentations auprès des fonds d’investissements.

2. Bien définir son besoin de financement

Une entreprise qui souhaite se tourner vers des fonds d’investissement doit afficher clairement le montant de financement dont elle a besoin.

Le montant de financement demandé :

- doit être explicite et figurer dans le business plan et se refléter dans les informations financières communiquées.

- doit être justifié. L’entreprise doit affecter au financement souhaité des besoins spécifiés. Servira t il a financé le BFR à court terme ? Servira-t-il à financer des investissements ? Servira-t-il à soutenir la trésorerie le temps d’atteinte du seuil de rentabilité ? La startup doit rassurer l’investisseur en démontrant que le niveau de financement demandé a été bien réfléchi en amont et que l’argent reçu sera dépensé suivant une ligne de conduite et une stratégie pensée à l’avance.

- doit être cohérent. Le mondant demandé doit être en phase avec le niveau de maturité de la startup et du degré de développement de son produit. Un montant de financement disproportionné par rapport niveau de développement de la startup est discréditant.

Vous trouverez ci-dessous à titre indicatif les différentes phases d’investissement. Les fourchettes présentées servent à donner un ordre d’idée mais bien entendu chaque levée est différente et ne rentre pas nécessairement dans ce cadre.

*Seed investment ou amorçage => ticket moyen entre 300k€ et 1m€

Cela correspond au 1er round d’investissement externe de la startup. A ce stade, l’entreprise a développé une première version de son produit (MVP ou minimum viable product). Il a pu le tester sur des beta testeurs.

Lever en phase de Seed n’est pas aisé. Il est réservé aux startups les plus prometteuses qui peuvent se permettre d’intéresser des investisseurs sans avoir de produit finalisé ni nécessairement débuté la phase de commercialisation.

*Série A => ticket moyen entre 1m€ et 5m€

Ce tour de financement s’adresse généralement aux startups ayant déjà mis sur le marché leur produit et qui ont su démontrer une traction commerciale. Le financement doit permettre de financer l’accélération du développement commerciale et les améliorations produit afin de pouvoir atteindre le seuil de rentabilité et se faire une place sur le marché.

*Série B, C et au-delà => ticket moyen > 5 millions d’euros.

Ce tour de financement s’adresse à des startups qui ont su démontrer la viabilité de leur business modèle ainsi que le succès de leur produit. L’investissement doit permettre de financer l’accélération, le développement à l’international ou le lancement de produits complémentaires pour devenir un acteur leader sur son secteur.

3. Préparer son entreprise

Avant d’entrer en contact avec les investisseurs, l’entreprise doit se présenter sous son meilleur jour :

- Vérifier que le cadre juridique est à jour (forme juridique adaptée, statuts)

- Constituer une équipe pour donner de l’envergure au projet et donner une image dynamique. L’équipe n’est pas nécessairement composée de salariés. Les startups qui ne peuvent se permettre d’embaucher peuvent présenter comme équipe le réseau de freelances, des consultants, d’experts qui ont travaillé sur le projet.

- Soigner l’image digitale de l’entreprise : créer/ mettre à jour page Linkedin, fiche google Mybusiness, site web..

- Pour les startups à la recherche d’une levée de fonds d’amorçage, avoir produit un premier prototype ou un MVP (minimum viable product)

- Pour les entreprises à la recherche d’une série A,B ou C démontrer à minima un début de traction commerciale.

- Faire une estimation de la valorisation de son entreprise pour anticiper et se préparer aux futures négociations.

4. Identifier les investisseurs potentiels et lancer la phase d’approche

La phase d’identification et de sélection

Il existe aujourd’hui une multitude de fonds d’investissements. Pour ne pas perdre son temps et déployer des efforts inutiles, il convient de faire une sélection en amont des acteurs à contacter.

En effet chaque fond d’investissement à ses critères.

Les critères principaux à prendre en compte pour se tourner vers les investisseurs adaptés sont :

- Le degré de maturité de son projet (seed , Serie A, Serie B…). Certains fonds sont spécialisés dans l’amorçage d’autres dans des tours d’investissement plus important.

- Le secteur d’activité. Beaucoup de fonds se spécialisent dans un secteur qu’il connaisse, pour lesquels ils ont des affinités, dans lesquels ils ont déjà des participations sur lesquelles ils pourraient capitaliser.

- Le type de marché visé : France, international, BtoB, BtoC

Vous pouvez utiliser les bases de données des investisseurs disponibles gratuitement pour vous aider dans votre listing. En particulier celui mise à disposition par Serena est très bien fait.

https://docs.google.com/spreadsheets/d/1khODz0MGQDiQuNbxbHp9AT_YEs9sNRJADg6P3vBsXlU/edit#gid=1326401884

Contacter les fonds

Une fois que vous avez shortlisté vos cibles, vous pouvez passer à la phase de mise en contact.

Pour cela il suffit de se rendre directement sur le site web du fonds d’investissement. Ils contiennent généralement une rubrique pour pouvoir faire sa demande et déposer la documentation demandée

Si votre dossier a retenu l’attention, vous serez recontacté pour un premier rendez vous physique ou il vous sera demandé de pitcher votre projet en quelques minutes.

Si ce premier rendez-vous est concluant vous entrer alors dans une phase de discussions plus approfondie. L’investisseur procédera à des vérifications, les « due diligence ».

5. La phase d’audit de la société par le fond d’investissement ou due diligence.

Si les premiers échanges avec le fond sont concluants et que ce dernier souhaite aller plus loin on entre alors en phase de « due diligence ». Cette étape correspond à l’audit, aux vérifications faites par le fonds d’investissement auprès de la startup en demande de financement. L’objectif est de confirmer ce qui a été avancé dans le business plan pour sécuriser la décision d’investissement et de préparer le futur contrat d’investissement.

Les points d’attention seront portés sur la rentabilité estimé de l’investissement ainsi que les risques associés à l’investissement

Concrètement un certain nombre de questions seront adressées à la startup et des back ups seront demandés afin de pouvoir investiguer en profondeur sur les aspects suivants :

- Equipe dirigeante

- Comptabilité et finance

- Juridique

- Eléments de propriété industrielle

- Valorisation de la société

Cette phase de vérification peut durer de 1 à plusieurs mois suivant la complexité du dossier.

Elle se conclut par un comité interne qui statuera sur la décision d’investir et dans le cas positif une proposition d’investissement transmise à la startup via une lettre d’intention (ou termsheet)

6. Etablissement de la lettre d’intention d’investissement ou « Term Sheet »

La lettre d’intention est le document par lequel l’investisseur entérine sa décision de financer la société.

Elle pose les conditions d’investissement et d’entrée éventuel au capital. Elle constitue une étape préliminaire avant le contrat d’investissement définitif. Elle pose le cadre juridique et financier en vue de la signature définitive d’un nouveau pacte d’actionnaire.

Ci-dessous une liste de éléments clés que contient ce document :

Montant de l’investissement, valorisation de la société, les conditions de déblocage de l’investissement et d’entrée éventuel au capital, l’énumération des principales clauses du futur pacte d’actionnaire.

Vous pouvez accéder à une « Term Sheet » modèle mise à disposition par The Galion project en vue de permettre aux entrepreneurs d’appréhender au mieux la phase de négociation avec les fonds.

https://thegalionproject.com/term-sheet-new-edition

7. Le closing ou signature du contrat d’investissement définitif

Le « closing » correspond à la signature du nouveau pacte d’actionnaire entérinant l’entrée du ou des nouveaux investisseurs. Cette signature a lieu dans le cadre d’une assemblée générale extraordinaire.

En amont du « closing » un compte bancaire d’augmentation de capital dédié doit avoir été ouvert pour pouvoir accueillir le nouvel investissement.

8. Après le closing

Une fois la levée de fond effectuée, les investisseurs deviennent associés/actionnaires de la société. Ils participent aux assemblées générales de l’entreprise, et disposent des droits prévus par les statuts et le pacte. La collaboration s’achève lors de la sortie des investisseurs lorsque ces derniers revendent la part qu’ils détenaient au capital.

3 vues

© 2019 par Atozfinance

  • Black Facebook Icon
  • Black Twitter Icon
  • Black LinkedIn Icon

Créé avec wix.com